La Ville vient en aide à ses commerces et TPE

Thème
Economie
Image d'illustration Actualité
Du
au

Communiqué
Gap le 29 septembre 2020



A l’initiative du maire de Gap, Roger DIDIER, le conseil municipal a adopté, ce 25 septembre, la création du fonds d’aide « Gap Rebond TPE » au bénéfice des commerces et petites entreprises de la ville impactées par la crise sanitaire du Covid-19.

Ce fonds est doté par la Ville de Gap d’une somme de 200 000 €, à laquelle s’ajoutent 30 500 € d’abondements de la part d’autres acteurs économiques locaux (associations de commerçants de Gap Sud et du Plan de Gap, UPE05, Chambre de métiers et de l’artisanat). La CCI apportera quant à elle un soutien technique et logistique.

« Notre objectif est de venir en aide à nos entreprises les plus fragiles n’ayant pas ou insuffisamment bénéficié des dispositifs mis en place par l’Etat et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur », indique le maire de Gap, Roger DIDIER. « Cette crise exceptionnelle nécessite notre solidarité pour préserver notre tissu économique et commercial. »

L’aide « Gap Rebond TPE » pourra être accordée aux entreprises de 0 à 2 salariés, à jour de leurs obligations sociales et fiscales avant le confinement, ayant leur siège social à Gap et ayant été contraintes à la fermeture durant le confinement. Le demandeur devra justifier d’une perte de chiffre d’affaires d’au moins 40 % pendant la période de confinement. Le montant de l’aide sera de 1000 à 1500 € en fonction de la perte de chiffre d’affaires.
 

Critères et formulaire de demande en ligne : cliquez ici

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter la Direction du Développement économique par mail exclusivement à l'adresse suivante : deveco@ville-gap.fr


Exonération du «droit de place» pour La période du confinement

La Ville de Gap a également pris d’autres mesures pour limiter le préjudice économique des commerces du fait de cette crise sanitaire. Elle a décidé d’exonérer les commerces de la ville de leur redevance pour occupation du domaine public (« droit de place ») sur la période du 16 mars au 2 juin, et a accordé une tolérance pour l’extension de 20% de la surface des terrasses des bars et restaurants depuis leur réouverture.